Les 5 points clés qui doivent être soignés pour bien écrire pour le web

Le contenu est roi sur la toile, tout le monde le dit sur tous les blogs sérieux. Mais rédiger des textes que Google ne comprend pas et ne positionne sur aucun mot clé, ça n’a aucun intérêt. Voici quelques conseils qui rendront vos contenus pertinents et intelligibles pour les moteurs de recherche.

redaction-web

1 – Le titre, la balise H1

Le titre H1, c’est de la communication. Il doit donner envie de lire la suite de l’article : Il doit être court, formulé sous forme de question (faut-il faire ceci ou cela ?, est-ce que … ?, pourquoi faut-il … ? ) ou de conseil (Les3 conseils pour …, 5 astuces qui font …, etc.) Si le titre est mal rédigé, le lecteur partira immédiatement et le travail de rédaction qui suit n’aura servi à rien.

Chaque page doit prévoir son titre, qui doit être court et si possible tenir sur une seule ligne. Il faut utiliser un vocabulaire simple et explicite, adapté au public visé et éviter les effets rhétoriques.

Sur le plan graphique, il doit être visible et avoir une taille de caractères supérieure à celui du corps du texte.

Il doit être susceptible d’être repris dans un sommaire interactif. Les moteurs de recherche comme Google donnent plus d‘importance aux deux ou trois premiers mots du titre.

2 – L’introduction (le chapô)

Après le titre, l’objectif principal de l’accroche est de donner envie de lire la suite de l’article, elle doit inciter le lecteur à ne pas zapper sur un autre article.

Elle doit tenir en un paragraphe de 50 à 100 mots maximum et doit être mise en évidence d’une manière ou d’une autre sur le plan graphique (couleur, encadré, etc.)

Elle doit résumer l’essentiel de l’information en laissant le corps du texte apporter plus de détails. Elle doit être directe et présenter le sujet sans détour.

A la fin de l’introduction, le lecteur doit savoir s’il lit la suite ou s’il s’en va. Mais s’il s’en va, il sait pourquoi. Il n’y a rien de pire que de laisser un acheteur potentiel partir parce que le titre et le chapô sont mal faits et que le lecteur n’a pas compris les informations qu’il aurait pu trouver dans la suite.

3 – Le corps de l’article

La rédaction répond à des exigences de forme et de fond.

Sur le plan du fonds, l’article doit raconter une histoire qui intéresse son lectorat et lui apporte une information, des conseils ou autre chose. Tout article fade, sans intérêt ni consistance éditoriale sera automatiquement zappé par les internautes, générant des taux de rebond plus ou moins importants, ce qui est un signal très négatif sur le plan éditorial.

Le nombre de mots doit être idéalement compris entre 500 et 2 000, mais si tout est dit en 500 mots, il ne faut pas chercher à en mettre 2000 parce que vous avez lu que les experts SEO préconisent plutôt pour les plupart des textes assez longs.

Faites des sous titres sur lesquels le référenceur pourra poser des balises H2 ou H3.

Utilisez des intertitres, mettez quelques mots clés en gras et utilisez les listes à puces ou numérotées pour les énumérations, faites des paragraphes bien aérés.

Utilisez plutôt un style simple, avec des phrases courtes, sujet verbe complément.

Il faut éviter les acronymes et le jargon juridique, administratif, commercial etc., sauf si cela répond à la compréhension du public ciblé. Le ton utilisé doit être adapté à la cible et doit être cohérent.

Les repères temporels absolus doivent être privilégiés. En revanche, les repères spatiaux propres au support papier doivent être évités.

4 – Les liens : Le maillage interne et les backlinks externes

Pour se positionner dans une SERP, un texte doit être lié aux autres par un lien, le fameux backlink. Il existe deux types de liens, le lien interne et le lien externe.

Le maillage interne lie les pages entre elles dans un cocon sémantique ou un silo. Le maillage est organisé de manière extrêmement rigoureuse et précise pour permettre à la page de se positionner.

Le netlinking est le prolongement du maillage interne, mais à l’extérieur du site. L’objectif est de créer des backlinks, des liens externes qui sont au cœur de toute stratégie de référencement naturel. Pour en savoir plus sur le référencement naturel, cliquez sur ce lien.

5- Intégrez des images

Les images donnent du sens au texte. Il faut associer aux images un texte alternatif qui en fait une description concise (balise ALT), car cela améliore le référencement naturel et l’accessibilité du site, au même titre que les légendes sous les photos.

Les images à caractère informatif doivent être privilégiées contrairement à celles qui n’ont qu’un but purement décoratif.